LA LUTTE CONTRE LA MALADIE A VIRUS EBOLA

Depuis le 1er août 2018, la 10ème épidémie de la maladie à virus Ebola a été déclaré en République démocratique du Congo. L’épidémie sévit dans les Provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri. Il s’agit là de la plus grande épidémie jamais signalée dans le pays et de la deuxième plus importante de l’histoire.

Signalons que, depuis le début de l’épidémie, le cumul des cas est de 2659 confirmés et 94 probables. Au total, il y a eu 1843 décès et 797 personnes guéries.

Source WHO : http://who.maps.arcgis.com/apps/opsdashboard/index.html#/e70c3804f6044652bc37cce7d8fcef6c

Prévention de la maladie à virus Ebola

La prévention passe par l’évitement du virus Ebola. Il est conseillé de ne pas se rendre dans les villes où une épidémie sévit.
Pour les personnes résidant en zone d’épidémie, certains conseils prévalent :

    • Se laver les mains régulièrement à l’eau et au savon,
    • Eviter d’être en contact avec des personnes malades, qui doivent être mis en quarantaine. Il ne faut pas toucher, embrasser ou même laver une personne malade.
    • Les soignants doivent porter blouses, gants, masques et lunettes. Et ne pas réutiliser les seringues.
    • Une attention particulière doit être portée lors des rites funéraires puisque les personnes décédées sont encore porteuses du virus et peuvent être contagieux.
  • Apprendre à ne pas porter sa main à sa bouche ou à ses yeux, portes d’entrées du virus.

 Porter des gants et vêtements de protection pour manipuler les animaux malades et leur chairQu’est-ce que la maladie à virus Ebola ?

La maladie à virus Ebola (auparavant appelée fièvre hémorragique à virus Ebola) est une maladie grave, souvent mortelle, dont le taux de létalité peut atteindre 90%. Comme son nom l’indique, elle est due au virus Ebola, qui appartient à la famille des filovirus.

Elle est apparue pour la première fois en 1976, lors de deux flambées simultanées, l’une à Yambuku, un village près de la rivière Ebola en République démocratique du Congo, et l’autre dans une zone isolée du Soudan.

On ignore l’origine du virus mais les données disponibles actuellement semblent désigner certaines chauves-souris frugivores (Ptéropodidés) comme des hôtes possibles.

2. COMMENT L’ÊTRE HUMAIN EST-IL INFECTÉ PAR LE VIRUS ?

L’être humain s’infecte par contact soit avec des animaux infectés (en général en les dépeçant, en les cuisant ou en les mangeant), soit avec des liquides biologiques de personnes infectées. La plupart des cas surviennent à la suite de la transmission interhumaine qui se produit lorsque du sang, des liquides biologiques ou des sécrétions (selles, urine, salive, sperme) de sujets infectés pénètrent dans l’organisme d’une personne saine par l’intermédiaire d’une lésion cutanée ou des muqueuses.

L’infection se produit également en cas de contact entre une lésion cutanée ou les muqueuses avec des articles ou des environnements contaminés par les liquides biologiques d’un sujet infecté. Il peut s’agir de vêtements, de la literie, de gants, d’équipements de protection et de déchets médicaux souillés, par exemple des seringues hypodermiques.

3. QUI EST LE PLUS EXPOSÉ AU RISQUE ?

Lors d’une flambée, les personnes les plus exposées sont :

  • Les agents de santé ;
  • Les membres des familles en contact étroit avec les personnes infectées ;
  • Les parents ou amis en contact direct avec le corps du défunt lors des rites d’inhumation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*
*